Création de logo [Le Guide]

Nous créons votre logo sur-mesure en 24h.

 

Création de logo
Guide pratique pour la réalisation d’un logo réussi

Nous en croisons chaque jour. A la télévision, sur le net, dans la rue… Les logos sont partout. Il en existe des milliers, et probablement même des millions. Comment trouver sa place dans cet univers coloré ? Comment concevoir son propre logo de bout en bout ?  La création de logo, qu’est-ce que c’est exactement ?

Avant toute chose, une définition s’impose. Qu’est-ce qu’un logo ? Aux yeux du Larousse, c’est une « représentation graphique d’une marque, d’un organisme ou d’un produit ». On y inclut donc sans distinction les logos d’Adidas, d’Apple ou d’Opel, mais aussi de la Croix-Rouge ou de la RATP par exemple. Sachez d’ailleurs que le mot est une version raccourcie de « logotype ».

Le logo est un type de symbole. Le drapeau de la France est donc un symbole du pays sans pour autant en être le logo. Toujours selon le Larousse, l’emblème est proche du symbole, mais il s’attache à des éléments plus abstraits. La colombe est ainsi l’emblème de la paix. Plus largement encore, le dessin désigne toute représentation d’un objet ou d’une forme sur une surface. Là encore, le logo est donc une catégorie de dessin.

 

Les objectifs du logo

 

Pour les personnes cherchant à forger une identité visuelle, le logo est un outil. La création de logo est donc étudiée dans les milieux du marketing, du graphisme et de la communication au sens large. Il est utilisé par les professionnels, avec toute une batterie d’objectifs :

  • Associer la marque à un dessin que l’on puisse reconnaître facilement et rapidement ;
  • Développer l’identité visuelle de la marque. Nous y reviendrons, mais le choix de couleurs et des motifs permet de rapprocher une société des thèmes qui lui sont chers ;
  • Rassembler une communauté (qu’il s’agisse de clients ou de passionnés) autour d’un symbole commun ;
  • Différencier une société de ses concurrents ;
  • Accompagner la communication de l’organisation, et donc la valoriser ;

Mémorisez ces objectifs : vous verrez qu’ils seront régulièrement rappelés tout au long de ce guide.

 

La création d’un logo : les étapes préparatoires

 

La création de logo demande un grand travail en amont du dessin. Un amateur se jetant sur son logiciel ou sa planche à dessin sans avoir la moindre idée de ce qu’il va produire perd son temps. Dans le meilleur des cas, il obtiendra un logo de mauvaise qualité, ou ne correspondant pas à ce que l’enseigne recherche. D’ailleurs, analyser l’entreprise est la première des étapes préparatoires.


Analyser l’entreprise

Même si ce n’est pas la sienne, s’intéresser à ce que fait l’entreprise est impératif. Il ne s’agit pas uniquement de connaître son secteur d’activité, mais aussi de savoir ce qui la distingue. Souvenez-vous : le logo sert à distinguer une marque de ses concurrents. Alors, pourquoi la vôtre est-elle unique ?

Prenons un exemple, et admettons que vous souhaitiez créer un logo pour une entreprise construisant des maisons individuelles. A priori, une simple icône représentant une maison conviendrait. Mais dans ce cas, le motif sera fade et sans originalité.

Si la société disposait déjà d’une stratégie de communication, elle a probablement repéré ces petits plus qui la distinguent. Cela peut être à peu près n’importe quoi : une production locale, des prix bas, une qualité exceptionnelle, un grand attachement au développement durable…

Si vous créez votre logo pour le compte d’un client, il est vital que vous communiquiez avec lui sur les points qu’il aimerait voir être mis en avant. Si vous faites partie de l’enseigne, n’hésitez pas à discuter avec les personnes responsables du marketing et de la communication : deux têtes pensantes valent mieux qu’une !


Trouver l’inspiration

« La composition poétique résulte de deux phénomènes intellectuels, la méditation et l’inspiration. Tous les hommes peuvent méditer, mais bien peu sont inspirés » – Victor Hugo

Le célèbre auteur français n’avait pas tort. Il est difficile de trouver l’inspiration, tout particulièrement quand on ne travaille pas par envie, mais par besoin.  La création de logo demande beaucoup d’inspiration.

Alors, comment trouver l’inspiration ? Il n’y a pas de méthode-miracle, mais les créatifs professionnels ont chacun leurs propres petits « trucs ». Bien souvent, ils se plongent dans l’univers pour lequel ils souhaitent produire. Dans le cas présent, pour la production d’un logo, ils flânent sur des bases de données qui en recensent un grand nombre. A force de parcourir cet univers, ils repèrent des éléments graphiques qui leur parlent. Ainsi, en trouvant un logo qui leur plaît, ils parviennent à en déduire une idée qu’ils pourront appliquer à une nouvelle création.

Pour cela, il existe une multitude de sites susceptibles de vous aider lors de la création de votre logo. Les sites et banques d’images généralistes :

On ajoutera à cela des sites présentant le travail de graphistes expérimentés :

Attention : ce guide vous incite à vous inspirer de ces logos, et non à les copier ! La différence réside dans la quantité de travail que vous fournirez par vous-même. Si un créateur estime que vous avez simplement dupliqué son œuvre, il est en droit de vous attaquer en justice.

La vidéo ci-dessous va un peu plus loin en vous donnant de l’inspiration :

 

Définir un style

Pour leur communication, les enseignes réalisent une charte graphique. Celle-ci contient toutes les informations servant à créer l’identité visuelle d’une marque. Vous vous réfèrerez donc à elle pour créer votre logo. Vous y trouverez en effet les couleurs dominantes ou les messages à transmettre.

Le logo est bien souvent une pièce centrale de la charte graphique. Si vous devez créer le logo d’une enseigne, il est donc probable qu’elle ne possède pas encore de tel document. Dans ce cas, vous partirez de zéro. Vous définirez alors :

  • Quelques couleurs dominantes. Entre 3 et 5 et un bon compromis ;
  • La tonalité de l’ensemble. Vintage ? Moderne ? Décalé ? Ce sera important pour les textes, si votre logo en comporte. Dans ce cas, vous définirez les polices de caractère à utiliser ;
  • Le ou les messages que vous souhaitez transmettre. Ceux-ci découleront directement de votre analyse de l’entreprise ;

Appliquons cela au logo du parc d’attraction Walibi :

Logo WalibiOn retrouve effectivement 3 couleurs dominantes, chacune ayant une utilité. La première est le rouge. C’est la couleur des polices de caractères. On l’utilisera donc sur les dépliants, le site web, etc. C’est aussi lui que l’on utilise pour détacher le personnage. Celui-ci est marqué par la deuxième couleur, l’orange, qui personnifie le parc d’attraction. Le gris, enfin, est plus neutre. Il s’accorde avec le blanc pour ne pas surcharger l’image.  Pensez-y lors de la création de logo.

Le parc a cherché à créer un personnage dynamique et a priori plutôt jeune, appelée également mascotte. Il s’adresse d’abord aux enfants, et donc aux familles. Sa posture repoussant le « W », son regard ainsi que son style vestimentaire participent tous à faire de lui un élément « cool » du parc.

Ce design global montre bien que tous les éléments ont leur importance lors de la création d’un logo.


Quelles couleurs choisir ?

Il est évident que les couleurs ont une signification. En décoration, les professionnels en favorisent certaines plutôt que d’autres, dans un but bien précis. Ainsi, le bleu, par exemple est associé à l’océan. On l’attribue donc volontiers aux maisons se trouvant en bord de mer. Dans le milieu du graphisme, le bleu est prisé parce que c’est une couleur « passe partout », qui peut convenir à beaucoup d’éléments bien réalisés.

Un autre exemple : le vert, que l’on associe symboliquement à l’espoir. En général, le vert évoque la nature, et donc l’écologie. Là encore, les décorateurs l’utilisent pour évoquer le repos et le retour à soi. C’est une couleur reposante pour l’œil. Il est évident que si votre logo porte sur une enseigne portée sur la nature, une belle feuille verte aura dignement sa place.

Voici donc une petite liste de la signification des couleurs à prendre en compte lors de la création de logo :

  • Le noir : les éléments concrets, nets et précis. Parfait pour des secteurs comme la construction ou les carburants, par exemple ;
  • Le rouge : la passion et la détermination. Cette couleur incitant à l’action est idéale pour les marques de sport ou proches du ludique ;
  • Le jaune : c’est avant tout la couleur de la lumière, mais elle ne fait pas l’unanimité. Elle est associée à la vie, mais aussi à l’intelligence ;
  • Le blanc : cas particulier, il symbolise l’innocence. Mais comme dit précédemment, le blanc est d’abord utilisé dans les logos pour aménager des zones de repos ;

Attention toutefois, car ce symbolisme varie selon les pays. En Chine, le rouge est la couleur des mariages. Mais en Egypte, c’est un signe de mort et de méchanceté.  La couleur est donc un élément fondamental à prendre en compte lors de la création de votre logo.

Et comme il n’y a de rien de tel que de bons exemples, en voici cinq qui s’illustrent par le choix de leurs couleurs.

logo ikeaIKEA : Ce logo montre bien toute la puissance du contraste entre une couleur chaude et une couleur froide. C’est la recette que vous verrez le plus souvent. Notez donc l’utilisation du jaune qui permet de voir de loin.

logo caterpillarCaterpillar : La marque est spécialisée dans les outils propres au BTP. On retrouve le noir propre à ce secteur. Le blanc assure le contraste, et le jaune casse la monotonie d’un logo qui aurait été monochrome. Retenons que le nom a été raccourci pour le rendre plus gros, et donc plus lisible.

logo fedexFedEx : ce logo illustre bien l’ingéniosité et les messages subliminaux que l’on peut faire passer dans un logo. Aviez-vous déjà remarqué la flèche blanche entre le E et le X ? Voilà une manière astucieuse d’évoquer la rapidité et le secteur d’activité d’une marque.

logo toyota
Toyota
 : Le logo des marques de voiture doit pouvoir être placé sur leurs propres automobiles, quelle que soit leur couleur. C’est pourquoi des enseignes comme Toyota, Renault, Opel ou Honda préfèrent le gris métallisé : il s’accorde bien avec tous les autres coloris.  La création d’un logo avec un gris dominant est conseillée pour donner un côté élégant et adaptable aux autres coloris.

logo kfcKFC : L’enseigne de restauration rapide a fait le choix d’un fond rouge, que l’on retrouve sur le tablier. Ici, cette couleur sert à détacher le personnage, réalisé dans des tons plus sobres et bien détouré.

Les critères d’un logo réussi

Comment savoir si votre logo remplit son office ? Une fois qu’il sera terminé, n’hésitez pas à demander des avis autour de vous. Mais avant même d’entamer sa conception, il est important que vous connaissiez les critères d’un logo valable.

Avant toute chose, votre logo doit être pérenne. Il doit durer dans le temps. En effet, rappelez-vous : l’un des objectifs de ce symbole est de rassembler une communauté ou des clients. C’est en bonne partie grâce à lui que l’on vous retrouve facilement. De la sorte, si vous modifiez ce signe de ralliement sans cesse, vous brouillez les pistes.

Cette pérennité implique donc que votre logo résiste à l’usure du temps. Par exemple, admettons que vous souhaitiez lancer une activité portée sur la location d’outillage de chantier. Vous auriez ainsi envie de créer un logo comprenant une couleur noire, ainsi qu’un outil illustrant votre activité. Mais si, par la suite, vous décidez d’élargir votre horizon et de louer également de l’électroménager, votre logo ne reflètera plus ce que vous avez à offrir.  La création de logo doit être très réfléchie.

C’est pourquoi la plupart des enseignes préfèrent créer des logos passe-partout, qui ne disent rien de leur activité. C’est une prise de risques, puisque le dessin communique moins bien. Mais malgré tout, beaucoup de commerciaux la favorisent, comme vous l’avez remarqué dans les exemples ci-dessus.  A réfléchir lors de la création du logo…

De plus, votre logo devra être simple. Mais attention : « simple » ne veut pas dire « facile à faire » ! La simplicité désigne ici une chose que l’on peut comprendre aisément. Le logo d’IKEA est simple, ce qui le rend d’autant plus facile à retenir par les clients. Cela ne signifie pas que sa conception se soit faite sans débats.

Enfin, privilégiez les logos déclinables, c’est-à-dire qui puissent être portés sur des supports multiples. Certains pourront être privilégiés, comme c’était le cas dans l’exemple de Toyota. Mais votre logo doit pouvoir prendre place sur un dépliant, une carte de visite ou une oriflamme sans difficulté.

 

La création d’un logo : on passe à la pratique

 

Terminée, la théorie ! Il est maintenant temps de passer à la partie pratique de la création de logo.

Il ne sera pas question de vous former à l’utilisation des logiciels de graphisme. Des formations, des tutoriaux présents sur le Net ainsi que des livres spécialisés s’en chargeront très bien. Il s’agit en fait de vous montrer le processus pratique de création de logo : quelles sont les étapes ? Quel logiciel choisir ? Quel budget prévoir ?


Faire soi-même : quel logiciel pour la création de logo ?

Il existe plusieurs manières d’obtenir un logo : le réaliser soi-même, faire appel à un graphiste, passer par un logiciel automatisé ou le demander à PrestigeLogo. Evidemment, chaque solution a ses propres avantages et inconvénients.

La première façon de faire consiste à réaliser son logo par ses propres moyens. Cela demande un temps plus ou moins considérable, mais c’est une solution gratuite, si l’on excepte le prix du logiciel que vous utiliserez.

Pour cela, Photoshop est de loin le logiciel de graphisme le plus répandu pour la création de logo. Le problème est bien son prix, bien que la marque Adobe propose des tarifs plus intéressants pour les administrations, les PME/PMI, les étudiants, etc. Pour un particulier, l’ensemble des applications Creative Cloud (incluant donc Illustrator) est à 59,99 euros/mois. Pour trouver des tutoriaux : http://www.photoshoptuto.com/, http://www.tutsps.com/, http://www.wks.fr/, etc. La plupart de ces formations sont payantes : pour une alternative gratuite, vous aurez le plus souvent recours à Youtube.

Les chaînes spécialisées proposent :

  • soit de maîtriser les outils un par un (calques, masques, etc) ;
  • soit de vous montrer comment réaliser un effet en particulier. En voici un exemple :

Le logiciel Adobe IIllustrator est également très utilisé.  L’avantage de ce logiciel est qu’il permet de faire du vectoriel.  Concrètement, le logo créé avec Illustrator peut être agrandi ou réduit sans perte de qualité, contrairement à Photoshop.  Il est par contre difficile à maîtriser et plutôt réservé aux graphistes expérimentés.

GIMP
 est la principale alternative de Photoshop. Il est gratuit, et de plus, c’est un logiciel open source. Cela signifie que vous pouvez modifier le logiciel à votre gré pour y ajouter de nouvelles fonctionnalités. Il est un peu plus difficile à prendre en main que Photoshop, mais il suffira amplement pour la création de logos. Pour les tutoriaux : https://www.gimp.org/tutorials/. Vous pouvez aussi compter sur des sites multi-plateformes, comme tuto.com : https://fr.tuto.com/gimp/.

Pour GIMP également, Youtube comprend son parterre de vidéos vous apprenant à réaliser tel ou tel effet. En voici un exemple avec la chaîne de Nick Saporito. Celle-ci vous sera également utile si vous devez vous intéresser au dessin vectoriel et à Inkscape : https://www.youtube.com/channel/UCEQXp_fcqwPcqrzNtWJ1w9w


Faire appel à un graphiste : la solution pro

L’avantage de la solution professionnelle pour la création de logo est qu’elle vous décharge de la quasi-totalité du travail. Il vous suffit d’expliquer à la personne ce que vous attendez d’elle, et elle se charge du reste. Vous gagnez donc un temps précieux. De plus, vous obtenez une qualité digne de quelqu’un qui a réalisé des études dans le graphisme. Le graphiste ne fait pas que dessiner : comme décrit dans les parties précédentes, il s’intéresse aussi à votre enseigne et se demande comment toucher votre public.

Evidemment, l’inconvénient est le prix : il faut bien rémunérer celui ou celle qui a passé des heures sur votre logo. Cela dit, il est difficile de donner le prix moyen d’un logo, car les entreprises ne communiquent que peu sur le sujet, préférant réaliser des devis au cas par cas. D’autre part, beaucoup de freelances s’y sont positionnés, mais ils fixent leur tarification eux-mêmes.  L’agence de création de logo PrestigeLogo propose la création d’un logo professionnel sur-mesure pour 79 € seulement, le rapport qualité / prix est imbattable :

AGENCE DE CREATION DE LOGO PRESTIGELOGO

Les graphistes peuvent aussi se regrouper dans des entreprises. Celles-ci ne s’arrêtent pas au logo, mais peuvent aussi s’attacher à la conception d’une charte graphique ou pour déterminer le design d’une page web.


Ce que valent les logiciels de création de logo en ligne

Sur le Net, il est possible de trouver des logiciels de création de logo. Disponibles en ligne, ils sont bien souvent gratuits. En outre, leur utilisation est simplissime, et le résultat peut être réellement attractif. Leur principe est simple : il suffit pour l’utilisateur de choisir une base (par exemple le symbole d’une maison ou d’un animal), puis de le personnaliser.

En fonction des logiciels, les fonctionnalités peuvent être relativement développées. Changement de taille, de couleur, insertion de textes ou de formes, etc… Toutefois, même dans ce cas, la personne cherchant à créer un logo est rapidement limitée.

Ainsi, il est difficile, voire impossible de créer un logo design qui soit véritablement unique. Cela est en partie dû à l’utilisation des bases, qui peuvent être utilisées par n’importe qui.

Cela dit, l’alternative reste intéressante pour les freelances ou les petites entreprises, qui doivent créer une identité visuelle avec un petit budget.

Quelques exemples de ces logiciels en ligne :

 

Créer son logo : le processus

 

A partir d’ici, nous allons considérer que vous avez laissé de côté l’option de la création de logo en ligne. Que vous fassiez appel à un graphiste professionnel ou que vous choisissiez de faire vous-même votre logo, le processus est identique.


La réalisation d’une maquette

Nous avons déjà évoqué l’analyse de l’entreprise, étape préalable à toute conception d’un logotype. Une fois que cette étape est faite, le graphiste peut passer à la pratique. Celle-ci commence par la réalisation d’une maquette ou preview, c’est-à-dire d’un concept que l’on pourra préciser par la suite.

Il est préférable de réaliser plusieurs de ces concepts et de ne pas se borner à une seule idée. Réalisez quelques croquis à partir de différents thèmes connexes à celui de votre entreprise. En général, entre 2 et 4 de ces esquisses est un bon compromis. Mais si vos idées foisonnent après avoir flâné dans les banques d’images, n’ayez pas peur d’aller au-delà et de continuer.

Notez que si votre logo doit être porté sur une multitude de supports (cartes de visites, dépliants, etc), il est plus que probable que le logo doive être adapté à chacun d’entre eux, de manière à ce qu’il convienne à son nouvel espace. Dans ce cas, vous réaliserez autant de maquettes qu’il y a de supports différents.

Choisissez ensuite un concept, ou envoyez l’ensemble à un éventuel client. N’hésitez pas à mêler les styles pour créer de nouveaux genres : ce peut être la solution lorsqu’on hésite entre deux versions.


De la maquette au logo

Une fois que vous tenez la maquette, vous pouvez passer à la réalisation du logo final. Dessinez les formes et appliquez les couleurs que vous aviez choisies dans la partie précédente. Encore une fois, chacune d’entre elles a un rôle dans l’image : outre la valeur symbolique, jouez avec le contraste. Souvenez-vous de l’exemple d’IKEA. Evitez des fioritures telles que des ombrages, du moins dans un premier temps. Au contraire, commencez par faire un logo simple, et ajoutez-lui des effets uniquement si cette version basique est satisfaisante.

Là encore, communiquez avec votre client. Si vous réalisez un logo pour votre propre compte, demandez l’avis de vos amis et de vos proches : il est toujours appréciable d’avoir une opinion extérieure. En fonction de ces retours, vous pourrez envisager les retouches qui s’imposent : faire varier l’angle de ce trait, modifier la température de cette couleur, etc.

Une fois pleinement satisfait, vous pourrez songer à faire valider votre logo. Votre travail sur la planche à dessin est terminé. Mais pour votre création, ce n’est que le début de l’aventure !

 

Et ensuite ?

 

Protéger son logo : la question de la propriété intellectuelle

Au même titre que le reste de votre identité visuelle, vous aurez envie que votre logo ne puisse pas être repris sans autorisation et par n’importe qui. Si vous avez créé une œuvre graphique, vous disposez d’un droit plein et entier sur son exploitation.

Comme cela a probablement le cas pour créer le vôtre, d’autres artistes ont le droit de s’inspirer de votre création pour créer la leur. Toutefois, si vous estimez qu’un logo est simplement une copie du vôtre, parlez-en d’abord avec son auteur avant d’envisager des recours.

Dans tous les cas, vous pourriez vouloir protéger votre création par un dépôt. En Belgique et au Bénélux, cela se fera via lOffice Benelux de la Propriété intellectuelle (OBPI).  En France, c’est l’institut national de la propriété industrielle, ou INPI, qui se charge de ce genre d’actions. Consultez ce lien pour en savoir plus sur le dépôt de dessins : https://www.inpi.fr/fr/proteger-vos-creations/proteger-votre-creation-esthetique/les-etapes-cles-du-depot-de-dessin-et. N’hésitez pas non plus à les contacter pour en apprendre plus sur le fonctionnement précis de la propriété intellectuelle.


Supports, communication et évolution : l’utilisation d’un logo

Il y a évidemment bien tout une multitude de supports pour placer le logo de son entreprise. Nous avions parlé des cartes de visite et autres oriflammes. Mais il y a également les produits dérivés, le packaging, le mailing… Faut-il pour autant disposer son logo à chacun de ces endroits, sachant que ces opérations représentent toutes un coût différent pour l’enseigne ?

L’objectif final est que votre logo remplisse effectivement son rôle d’ambassadeur. Autrement dit, qu’il voyage. En cela, signer les mails envoyés par votre entreprise de cette icône ou l’apposer sur votre packaging peut être intéressant, surtout dans le cas d’une prospection clients. Cela dit, l’initiative reste utile auprès d’une clientèle déjà conquise, car de manière inconsciente, votre public associera peu à peu le logo à votre identité et à votre image de marque. C’est exactement le but de l’identité visuelle.

La production de supports physiques tels que les oriflammes ou les banderoles impliquent que votre entreprise participe à des manifestations. La réunion d’un forum autour de la création de start-up, par exemple. Mais comme ces évènements sont spécialisés et ponctuels, il est important de vérifier que le jeu en vaut la chandelle.

Ce que l’on nomme les supports « print to web » rassemble les affiches, dépliants, cartes de visite, mais aussi les catalogues et le courrier. On y ajoute les annonces presse, mais elles ne sont généralement pas concernées par la diffusion du logo. Excepté ces annonces, il est donc beaucoup question de consommables : dès que votre stock d’affiches est épuisé, il faut en produire de nouvelles. C’est donc un budget plus ou moins conséquent et régulier à prévoir.


Faut-il modifier son logo ? Pourquoi et quand faut-il le faire ?

On ne le répètera jamais assez : un logo doit durer. Il doit suivre l’évolution de l’enseigne autant que possible, et donc continuer de la représenter fidèlement.  Au-delà donc de la création de logo, il y a un rafraîchissement régulier à effectuer.

Comme nous l’avons expliqué, cela a une importance vis-à-vis de la relation clients : le logo devant fidéliser votre public autour d’une image de marque, sa modification est toujours un risque de le perdre en partie. Mais en plus, changer un logo a une incidence financière. Imaginez une grande entreprise de transport dont les camions sont dotés de bâches personnalisées ? Il faudra toutes les changer au moment de la modification du logo. Dans certains grands groupes internationaux, le changement d’un logo peut représenter un coût exorbitant.

Toutefois, même avec la meilleure volonté du monde, il peut arriver que le logo ait besoin d’un rafraîchissement. Il y a une infinité de situations dans lesquelles cela peut devenir nécessaire.

L’exemple d’Adidas illustre bien l’évolution d’un logo. La firme a d’abord adopté ce premier logo :

Logo adidas 1971

Logo adidas 1971

 Il est basé sur trois lignes horizontales. La marque a donc longtemps axé sa communication sur ce logo et est devenue la « marque aux trois bandes ».

Par la suite, le groupe a diversifié son activité. Il a donc voulu le montrer à travers son identité visuelle :

Logo adidas 1991Le logo a évolué, adoptant une feuille à trois branches symbolisant la diversité. Mais surtout, il a conservé l’essentiel de son aîné : les tons monochromes, et surtout, les trois bandes. Adidas peut donc continuer d’exploiter son surnom.

Les trois bandes ont par la suite changé de direction. Désormais, elles représentent les défis à relever. Mais une fois encore, l’entreprise conserve son surnom.

Logo adidas actuel

Enfin, Adidas a créé en 2002 un logo resté moins célèbre :

Il s’agit d’un globe parcouru par les bandes, désormais habituelles. Il signifie que la marque s’adresse à tous, partout dans le monde.

adidas logo globe

Vous l’aurez peut-être compris en regardant ces 4 étapes : la marque n’a pas simplement modifié son logo. Elle l’a fait évoluer. En d’autres termes, elle a repris ce qui fonctionnait et ce qui rassemblait sa communauté, et y ajouté de nouveaux éléments qui collaient avec ses nouvelles ambitions.

Finalement, c’est une bonne chose que de terminer sur cet exemple. En effet, il prouve tout ce qui a été dit durant ce guide. Un logo représente une entreprise : ses valeurs, ses ambitions et son évolution.